Qual Features Homepage
 Posts  Comments  

La reprise du luxe

Le succès du SIHH – la foire de la Haute Horlogerie à Genève — à la mi-janvier, a démontré que la reprise est arrivée pour le secteur du luxe.

Après une vigoureuse reprise des ventes de luxe au premier trimestre 2010, l’environnement s’était assombri avec les plans d’austérité qui se profilaient en Europe et avec la chute des marchés boursiers intervenue mi-avril dernier. Le joaillier italien Bulgari a estimé que le marché européen devrait rester difficile et que l’impact des mesures d’austérité face au mur de la dette se ferait surtout sentir en 2011. En même temps, La Prairie avait dit pour sa part ne pas anticiper avant 2012 un retour à ses niveaux d’avant la crise, tandis que pour Cerruti, les marchés français et italiens pourraient terminer l’année sur une note stable. L’horloger Hublot, filiale du numéro un mondial du luxe LVMH, s’est lui aussi dit prudent pour l’année malgré un très fort rebond des ventes de montres en début d’année. L’Europe compte pour environ un quart du marché mondial du luxe.

La foire de SIHH est un baromètre de la santé du secteur et la foire a confirmé les commandes en hausse et un retour en bonne santé, largement due aux économies en Asie. Le marché asiatique talonne désormais les marchés européens.

Richemont (qui possède les marques Cartier, Montblanc, IWC, et autres) a affiché une hausse des ventes de 23%. Entre octobre et décembre 2010 le groupe a réalisé un chiffre d’affaire de EUR 775 million, en progression de 43% sur la même période l’année dernière.

Tous les acteurs ont dit que c’est en Chine que la croissance des ventes du secteur a atteint souvent 20%, voire plus, et les économistes ne font pas de scénario de fort ralentissement de sa croissance. Le pays, devenu l’eldorado des groupes de luxe malgré des difficultés administratives et bureaucratiques, verra ainsi l’essentiel des ouvertures de boutiques.
La zone euro est un marché important, mais la réserve de croissance se trouve aujourd’hui dans les pays émergents et notamment en Chine, dont la demande tire l’ensemble du secteur.
Le consommateur chinois, pour qui luxe rime avec Occident, est devenu le premier consommateur du secteur — en comptant les achats réalisés dans le pays et ceux liés au tourisme — comptant pour environ 25% des ventes mondiales, devant l’Américain, l’Européen et le Japonais (à parts sensiblement égales de 20%).

Au SIHH, les directeurs de plusieurs marques ont fait le même constat: “la reprise est bien là.”

Post Author:

Comments are closed.