Qual Features Homepage
 Posts  Comments  

Ne devenez pas esclave de votre activité !

esclave_job1Dans son dernier ouvrage, Extension du domaine de la manipulation, Michela Marzano nous met en garde contre un excès de sacralisation du travail et oriente sa réflexion sur la dignité de la personne. Selon l’auteure, l’entreprise manipule le salarié en lui faisant miroiter un épanouissement personnel grâce à son dévouement professionnel…

Michela Marzano relate que notre société individualiste vénère le travail comme si l’était l’unique moyen d’accéder à la réalisation de soi ou au bonheur. Il existe heureusement d’autres moyens de s’exprimer et de trouver un sens à la vie !

La philosophe souligne l’importance de la différenciation du temps, à savoir qu’il n’a pas à être toujours pleinement rempli et productif. « Il faut pouvoir s’arrêter : avoir le temps de prendre de la distance, non seulement pour se ‘ressourcer’, mais aussi pour créer autre chose que du profit» (Condition de l’homme moderne de la féministe Hannah Arendt, 1958). Il faut travailler certes mais pas uniquement !

Michela Marzano dénonce également le management qui envahit toutes les sphères de notre quotidien et dont le discours et la pratique orientent notre conception de la société. Si le travail permet parfois un accomplissement de soi, il ne faut pas non plus devenir un esclave de son emploi du temps professionnel ! L’entreprise réclame un investissement complet du salarié et une adhésion totale à la culture d’entreprise mais le bonheur n’est pas au dernier étage ! Notre épanouissement étant lié au succès de notre entreprise, il est très fragile en ces temps de crise. En liant bonheur et performance économique, l’entreprise réussit souvent à faire oublier à ses ouailles sa raison de vivre : le profit, coûte que coûte…

Dans son livre, la chercheuse parle aussi de l’instrumentalisation de l’autonomie des employés qui doivent croire qu’ils sont des agents autonomes pour que la Direction puisse atteindre ses propres objectifs. Il ne faudrait frustrer un employé au risque de le rendre moins productif ! Qui plus est, en cas d’échec, il est bien plus aisé de faire porter le beret au cheptel plutôt qu’au chef de troupeau… La remise en question n’est donc pas au programme et la culpabilité guette tout employé car il croit alors être responsable de ses réussites tout comme de ses échecs.

Changer de travail n’annulera en rien cette problématique fondamentale mais au moins vous changerez d’air et verrez de nouvelles têtes et qui sait, cela vous permettra peut-être de réfléchir autrement sur ce qu’est la réussite au sens large.

Extension du domaine de la manipulation, à lire au travail, si vous osez !

Post Author:

Comment Your Heart Out

You must be logged in to post a comment.